Yuka, Quelcosmetic et toutes les nouvelles applications de notations des produits cosmétiques…
Ou quand le smartphone entre dans la trousse de toilette!

Après plusieurs années dans le développement de produits au sein de la grande distribution, Céline Abad a créé en 2014 l’agence de consulting “CSR”, spécialisée dans la réglementation et l’évaluation de la sécurité des produits cosmétiques. Céline et son équipe accompagnent les acteurs du cosmétique ainsi que les entreprises et startups qui se lancent dans cette industrie, au bon développement de leurs produits jusqu’à leurs mises sur le marché.

Les applications beauté et les industriels de la cosmétique : quid du consommateur ?

L’industrie cosmétique ne doit pas se tromper de débat, la venue des applications permettant de scanner les produits cosmétiques doit être envisagée comme une réponse à un besoin consommateur en quête de sens et de transparence. Ces applications s’inscrivent dans l’air du temps où le consommateur souhaite acheter de manière plus éclairée et plus responsable vis-à-vis de sa santé et de l’environnement.

Issue de l’industrie cosmétique, je comprends le sentiment d’injustice ressenti par certains acteurs qui s’investissent quotidiennement dans la qualité de leurs produits et qui subissent les conséquences des algorithmes de notation souvent approximatifs de ces applications. Cependant, on se doute bien que ces nouvelles technologies ont été créées dans une démarche bienveillante pour le consommateur final.

Et de ce fait, elle chamboule toute une industrie impliquée dans la protection de la santé de ses clients. Les industriels qui commercialisent en Europe disposent d’une des règlementations les plus stricte au monde.

Aujourd’hui cet argument ne suffit malheureusement plus. Avec l’usage de ces applications, les consommateurs attendent de la part des industriels, une meilleure communication sur leurs valeurs et la manière dont elles les mettent en pratique. Comme toute industrie, celle du cosmétique doit rester en phase avec les aspirations de ses clients.

Cette innovation va très certainement, après tous les ajustements qui seront nécessaires pour apporter un avis réellement éclairé et transparent, encourager l’industrie vers encore plus d’excellence. Malgré les challenges rencontrés, l’ensemble des acteurs de la cosmétique ont tout à gagner en prenant les devants de cette transformation dans l’acte d’achat.

Nous pouvons faire le parallèle avec les notations énergétiques présentes sur nos frigos et autres appareils électroménagers, processus initié dans les années 90 par la commission européenne. Avec du recul cette innovation a immanquablement hissé l’ensemble de l’industrie vers une amélioration de ses produits.

Même si ces applications produisent au démarrage les biais et erreurs propre à ce type d’innovations, elles sont le reflet d’une société qui exprime de plus en plus un besoin d’entraide, d’équilibre et de compréhension.

Certes elles doivent s’améliorer notamment sur le fait de noter un produit uniquement par la présence d’un ingrédient sur l’emballage. Aujourd’hui, ces technologies ne disent rien de la quantité de cet ingrédient (c’est pourtant ce qui fait tout le risque pour la santé ou l’environnement), ni sur des paramètres essentiels du produit comme les impuretés, la stabilité, la compatibilité ni sur la manière dont l’ensemble des informations a été évaluée.

Chez CSR, nous collaborons main dans la main avec nos partenaires au déploiement d’une stratégie qui leur permette d’aligner leurs valeurs avec celles de leurs clients dans un but d’éthique, de transparence et de qualité.

Evoluant dans l’industrie cosmétique, j’entends parfois que ces applications ont pour objectif d’affaiblir le marché dit “classique” au profit des marchés émergents tels que le bio, végan etc… Personnellement je ne pense pas. L’enjeu réside dans la manière dont les entreprises mettent en pratique leurs valeurs via des actions concrètes et la façon dont elles les communiquent.

Nous avons tout à gagner à ce que l’ensemble du marché évolue vers les aspirations des consommateurs. Dans ce cadre, il est essentiel que les entreprises qui souhaitent s’adapter à ces mutations, mettent en place des stratégies leur permettant de satisfaire aux aspirations des consommateurs : plus de transparence et de pédagogie.

Chez CSR, nous accompagnons les entreprises pour qu’elles apportent une meilleure cohérence afin de maintenir ou obtenir le succès qu’elles méritent.